Exposition

THE GREAT INVENTION OF OUR TIME

Sergio Pinzón, Tarek Haddad, Zineb Andress Arraki, Juan Arias

Vernissage et visite guidée par Julia Hountou, curatrice de l’exposition, le samedi 10 septembre 2022 à 17h30

Une exposition dans le cadre du programme SMArt, en collaboration avec le Théâtre du Crochetan

 

Lors de sa résidence de trois mois (au printemps 2022) dans le cadre du programme SMArt à Monthey (CH), Sergio Pinzón — né en 1988 à Bogotá en Colombie où il vit et travaille — s’est intéressé aux infrastructures touristiques, aux diverses installations susceptibles de susciter des débats d’ordre environnemental et aux aménagements urbains parfois surprenants tels que les murs en gabions qui jalonnent le Valais.
De façon plus cruciale aujourd’hui qu’hier, la question de l’environnement représente un combat quotidien pour nous tous. Les thématiques qu’elle recouvre — pollution de l’air, de l’eau et des sols, dérèglement climatique, disparition de la faune et de la flore… — sont au cœur des enjeux actuels. Nous devons sans cesse interroger notre responsabilité afin de parer à l’urgence écologique. Comment concilier nos besoins et nos ambitions au sein de la société avec leurs conséquences sur le milieu naturel ? Telles sont les problématiques soulevées par Sergio Pinzón lors de son séjour en Valais.

 

Extrait du texte de Julia Hountou

Docteure en histoire de l’Art et curatrice de l’exposition

Réservation

Entrée gratuite
10 septembre - 23 novembre 2022

La galerie est ouverte du lundi au vendredi de 9h à 13h et de 14h à 17h
+ les soirs de spectacles

Ajouter à mon calendrier

Eléments biographiques

Sergio Pinzón est né en 1988 à Bogotá, en Colombie, où il vit et travaille aujourd’hui. Il est diplômé des Beaux-arts de l’Université de Los Andes (2010) et titulaire d’un master en poésie visuelle de l’Université de São Paulo (2014).

 

Son approche artistique consiste à s’approprier des thèmes classiques tels que la construction du paysage et l’interaction de l’homme avec la nature, en recourant au vocabulaire formel de l’art contemporain (installation, vidéo…).

 

Parmi ses expositions les plus récentes, se distinguent les expositions personnelles suivantes : Índigo à la Galería Sancovsky, Sao Paulo, BR, 2018; Quarto ideal: estilo y espacio en el centro de Brasilia à la Casa da Cultura da América Latina-UnB, Brasilia, 2017; Projeto de ciclorama #2, Temporada de Projetos, Paço das Artes, São Paulo, BR, 2016; Experiência de viagem fragmentada, Ateliê397, São Paulo, BR, 2014.

 

Lors de sa résidence à Monthey au printemps 2022, il a choisi de montrer la tension entre les paysages naturels et un environnement contrôlé et modifié ainsi que tous les moyens technologiques utilisés pour maintenir ou créer ces paysages dans le but de répondre aux besoins humains, notamment dans le secteur du tourisme.

 

www.sergiopinzon.com

 

 

 

Tarek Haddad, né en 1991, a étudié la photographie à l’Université Notre-Dame-de-Louaizé au Liban. Il a participé à plusieurs expositions collectives à partir de 2015, dont une à la Galerie CUB de Badaro et à la Beirut Art Fair. Sa première exposition individuelle intitulée Vesica Piscis a eu lieu en 2017 à la Galerie Janine Rubeiz à Raouche. Son travail interroge de manière critique la relation intime et collective entre les personnes et leur environnement.

 

La nature en tant que bien de consommation — c’est ce que Tarek Haddad veut montrer dans ses photos. Le public pourrait donc s’attendre à des images sombres et accusatrices, mais il est au contraire plongé dans un monde poétique et intériorisé. Pour le jeune photographe, consommer ne signifie pas seulement apprivoiser et exploiter.

 

www.tkhaddad.com

 

 

Zineb Andress Arraki (née en 1984), a grandi à Casablanca et a étudié l’architecture à Marseille et à Paris. Son travail englobe l’architecture, la photographie, la scénographie et la vidéo. Dans ses œuvres photographiques, elle partage souvent ses observations et les rencontres de sa vie quotidienne. Zineb Andress Arraki a participé à de nombreuses expositions au Maroc et à l’étranger et a reçu plusieurs prix.

 

«Les photos d’Arraki présentent souvent des détails ou des perspectives inhabituelles. Elle recherche les contrastes et les ruptures dans un monde apparemment parfait. Dans la série ‹ Tempus fugit›, elle exprime la mélancolie de l’entre-saison en montrant des portes de garage enneigées, des boîtes aux lettres inutilisées et des volets fermés. Les taches humides sur le béton et les fissures dans l’asphalte, ainsi que la fonte de la neige, nous rappellent le caractère éphémère des choses.»

 

Extrait du texte de Luzia Carlen van den Hoek, curatrice

 

www.zinebandressarraki.com

 

 

Né en 1979, Juan Arias vit et travaille à Cali en Colombie. Il a exposé à plusieurs reprises en Colombie et travaillé comme photographe au Musée La Tertulia et à l’Université ICESI. Depuis 2014, il est co-fondateur de Calidoscopio, un collectif qui travaille à la promotion de la photographie à travers des expositions, des ateliers et à la formation des publics dans la ville de Cali.

 

En tant que photographe professionnel, son principal intérêt est de créer des images liées aux représentations, aux archétypes et aux aspects sous-jacents, souvent non-dits, des relations humaines. Lors de sa résidence en Valais en 2017, il décida donc de focaliser son attention sur le loup, dans une plongée qui allait l’amener à découvrir des tensions tenaces et parfois féroces, encore à l’œuvre dans ce canton qui a, ces dernières années, souvent montré sa volonté de dépasser certains de ses antagonismes et de ses clichés.

 

Extrait du texte de Benoît Antille, curateur

 

www.juanarias.co